Saison culturelle 2020

 

Appel à contribution

 

 

« A quoi sert (encore) l’art ? »

 

 

Dans le cadre du Tiers-lieu culturel « Dans le ventre de la baleine » nous souhaitons mettre au travail la question de la place de l’art et sa fonction dans la société et plus précisément le rôle des artistes face aux politiques néolibérales qui impactent sur les conditions d’existence des individus.

 

En effet, il nous semble essentiel de renouveler le débat à ce sujet, notamment dans un contexte où l’idéologie du profit, promue par les chantres du néolibéralisme, étend ses ramifications à tous les niveaux de notre société dans une perspective consumériste. Ce système de domination économique provoque, non seulement l’atomisation des individus dans un régime de concurrence, mais provoque également un accroissement des insécurités sociales, économiques et environnementales.

 

Selon certains courants de pensée, le projet artistique s’inscrirait, entre autres, dans une volonté de lutter contre cette idéologie dominante engendrée par le capitalisme financier, qui a pour effet, notamment, de réduire les individus à une force de production économique et de consommation marchande afin d’augmenter les bénéfices financiers.

L’art participerait alors à résister à la puissance de l’argent qui, dans sa visée utilitariste, transformerait l’individu en un objet manipulable.

Cette expression de résistance représenterait un mouvement de contre-culture qui redonnerait du pouvoir au peuple afin de préserver les valeurs de la démocratie.

 

Pour accomplir un tel projet, quelle est la réception des œuvres artistiques et culturelles dans l’espace public et pour quels types de publics ? Autrement dit, jusqu’où l’ambition de démocratisation de l’accès à la culture pour un large public favoriserait-elle réellement une forme de proximité avec la création artistique, dans le but de provoquer une conscience plus critique des enjeux sociopolitiques actuels ?

 

Ces questions renvoient également à l’ambition des politiques publiques à recréer du lien social à travers l’art, notamment auprès des personnes dites en situation de vulnérabilité. Pour certains sociologues, l’artiste endosserait une fonction d’animateur afin de produire, dans une démarche collective, une forme de pacification sociale. Que reste-t-il du pouvoir de transformation alternative à travers la création artistique si celle-ci est utilisée pour compenser les actions destinées à maintenir une forme de cohésion sociale ?

 

Nous proposons trois axes de réflexion et d’analyse visant à réinterroger l’importance de la création artistique et culturelle face aux enjeux sociopolitiques contemporains, dans une volonté d’accéder à conscience critique. Cette mise au travail a pour but, entre autres, de tenter de prendre une position raisonnée et argumentée dans le débat public :

 

Axe 1 : Jusqu’où l’artiste doit-il s’engager, à travers son œuvre, dans le débat politique et pour quelles finalités ?

 

Axe 2 : Comment les formes de production artistique et culturelle participent-elles à associer le public à mieux saisir les enjeux actuels de notre société ?

 

Axe 3 : Comment appréhender la participation et le rôle de l’artiste, dans sa fonction de médiateur, pour recréer du lien social ?

 

 

Vous êtes intéressé-e à réfléchir avec nous sur le thème de la saison 2020 « A quoi sert (encore) l’art ? » ?

 

Si cet appel à contribution vous interpelle et que vous souhaitez contribuer, d’une manière ou d’une autre, à partager vos réflexions, analyses et / ou expériences, nous vous offrons trois axes de travail possibles, dans le cadre du Tiers-lieu culturel « Dans le ventre de la baleine » :

 

Axe 1 : « La création en partage » offre la possibilité d’organiser une rencontre entre un artiste et le public afin de dialoguer sur le processus de création (texte, photo, peinture, musique, etc.), tant d’un point de vue technique qu’esthétique. La rencontre dure environ deux heures et peut comprendre une quinzaine d’invités.

 

Axe 2 : « La fabrique de la connaissance » permet l’organisation d’un séminaire proposant d’engager un travail d’analyse à partir d’une thématique actuelle, en prenant appui sur les sciences sociales et humaines. Cet axe de travail peut être investi sur une ou deux journées.

 

Axe 3 : « Le laboratoire de l’imaginaire » est destiné à des artistes qui souhaitent initier un groupe de personnes à un processus de création artistique dans le cadre d’un atelier ou d’un stage. La durée est variable selon le projet, l’approche pédagogique et le rythme de réalisation.

 

 

Le thème de la saison 2020 ne vous inspire pas davantage, mais vous souhaitez vous associer à nous ?

 

Dans ce cas, nous vous proposons une rencontre afin de discuter de votre envie, désir ou idée de réalisation et de partage. Votre démarche artistique ou culturelle pourrait s’inscrire dans l’un des trois axes de travail.

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • RSS Classic

.